Maison Santé

Diabète et jeûne pendant le Ramadan

Diabète et jeûne du Ramadan

Controverse sur le jeûne et les diabétique

Nous essayons ici de présenter des données d’études, notamment une grande recherche épidémiologique concernant le jeûne du mois sacré du Ramadan par les patients atteints de diabète. Nous partageons également des conseils sur le régime, la nutrition et l’exercice pour les patients atteints de diabète qui jeûnent pendant le mois sacré du Ramadan.

Les résultats de l’épidémiologie du diabète et du Ramadan basée sur la population portant l’acronyme  » étude EPIDIAR  » ont révélé que chez 12 243 diabétiques de treize pays islamiques, 43 % des patients atteints de diabète de type 1 et 79 % des patients atteints de diabète de type 2 jeûnent pendant le Ramadan, ce qui conduit à l’estimation que quelque 40 à 50 millions de personnes diabétiques dans le monde jeûnent pendant le Ramadan.

 

Des fidèles musulmans prenant un repas

Les patients atteints de diabète sont tenus de manger régulièrement et de prendre leurs médicaments pour maintenir un niveau physiologique de glucose dans le sang. Pour rappel, les musulmans qui jeûnent pendant le Ramadan doivent s’abstenir :

  • de manger ;
  • de boire ;
  • d’utiliser des médicaments par voie orale ;
  • de fumer de l’avant-veille au coucher du soleil. 

Cependant, il n’y a pas de restrictions sur la consommation de nourriture ou de liquide entre le coucher du soleil et l’aube. La plupart des gens consomment deux repas par jour pendant ce mois, l’un après le coucher du soleil, appelé en arabe Iftar (repas de rupture du jeûne) et l’autre avant l’aube, appelé Suhur (avant l’aube). Le jeûne n’est pas censé créer des difficultés excessives pour le musulman.   Le Coran exempte spécifiquement les malades de l’obligation de jeûner (Saint Coran, Al-Bakarah, 183-185), en particulier si le jeûne risque d’entraîner des conséquences néfastes chez le croyant. Les patients atteints de diabète entrent dans cette catégorie, car leur trouble métabolique chronique peut les exposer à un risque élevé de complications diverses si le rythme et la quantité de leurs repas et de leur consommation de liquides sont sensiblement modifiés. Cette exemption représente plus qu’une simple permission de ne pas jeûner ; le Prophète Mohammad (SAW) a dit :  » Dieu aime que sa permission soit accomplie, comme il aime que sa volonté soit exécutée. « 

Néanmoins, de nombreux patients diabétiques insistent pour jeûner pendant le Ramadan, créant ainsi un défi médical pour eux-mêmes et leurs soignants. Il est donc important que les professionnels de la santé soient conscients des risques potentiels qui peuvent être associés au jeûne pendant le Ramadan.

 

Risques réels pour le patient diabétique

Ici, nous ne souhaitons pas employer les termes  » indications  » ou  » contre-indications  » du jeûne, car le jeûne est une question essentiellement religieuse pour laquelle les patients prennent leur propre décision après avoir reçu les conseils appropriés des enseignements religieux et de leurs propres praticiens médicaux. Cependant, nous devons insister sur le fait que le jeûne, en particulier chez les patients atteints de diabète de type 1 avec un mauvais contrôle glycémique, est associé à de multiples risques. L’étude de l’EPIDIAR, a clairement montré que le jeûne pendant le Ramadan entraîne :

  • un risque d’hypoglycémie sévère (taux de glucose sanguin très bas, défini comme une hospitalisation due à une hypoglycémie) d’environ 4,7 fois chez les patients atteints de diabète de type 1 (de 3 à 14 événements pour 100 personnes par mois et 7.5 fois chez les patients atteints de diabète de type 2, de 0,4 à 3 événements pour 100 personnes par mois) ;
  • une multiplication par cinq de l’incidence de l’hyperglycémie sévère (taux de glucose sanguin très élevé, nécessitant une hospitalisation) pendant le Ramadan chez les patients atteints de diabète de type 2, soit de 1 à 5 événements pour 100 personnes par mois et une multiplication approximative par trois de l’incidence de l’hyperglycémie sévère avec ou sans acidocétose chez les patients atteints de diabète de type 1, soit de 5 à 17 événements pour 100 personnes par mois. 

L’hyperglycémie peut avoir été la conséquence d’une réduction excessive des doses de médicaments pour prévenir l’hypoglycémie. Les patients qui ont déclaré une augmentation de la consommation d’aliments et/ou de sucre avaient des taux significativement plus élevés d’hyperglycémie sévère. 

 

Conseil pour les diabétiques durant le Ramadan

Une alimentation saine et équilibrée

L’alimentation pendant le Ramadan ne devrait pas différer significativement d’une alimentation saine et équilibrée. La pratique courante consistant à ingérer de grandes quantités d’aliments riches en glucides et en graisses, en particulier au repas du coucher du soleil, doit être évitée. En raison du délai de digestion et d’absorption, l’ingestion d’aliments contenant des glucides complexes peut être conseillée au repas d’avant l’aube, tandis que les aliments contenant des glucides plus simples peuvent être plus appropriés au repas du coucher du soleil. Il est également recommandé d’augmenter l’apport en liquides pendant les heures hors jeûne et de prendre le repas d’avant l’aube le plus tard possible avant le début du jeûne quotidien. 

 

Les niveaux normaux d’activité physique peuvent être maintenus

Cependant, une activité physique excessive peut entraîner un risque plus élevé d’hypoglycémie et doit être évitée, en particulier pendant les quelques heures précédant le repas du coucher du soleil. Si la prière Tarawaih (prières multiples après le repas du coucher du soleil) est effectuée, elle doit alors être considérée comme faisant partie du programme d’exercice quotidien. Chez certains patients dont le diabète de type 1 est mal contrôlé, l’exercice peut entraîner une hyperglycémie extrême. Tous les patients doivent comprendre qu’ils doivent toujours et immédiatement rompre leur jeûne en cas d’hypoglycémie (glycémie inférieure à 60 mg/dl [3.3 mmol/l]) se produit, car il n’existe aucune garantie que leur glycémie ne baissera pas davantage s’ils attendent ou retardent le traitement. Le jeûne doit également être rompu si la glycémie atteint moins de70 mg/dl (3,9 mmol/l) dans les premières heures suivant le début du jeûne, en particulier si l’insuline, les sulfonylurées ou le méglitinide sont pris à l’aube. Enfin, le jeûne doit être rompu si la glycémie dépasse 300 mg/dl (16,7 mmol/l). Les patients doivent éviter de jeûner les jours de pics glycémiques.